Hommage aux victimes du terrorisme

Mis à jour le 05/02/2024
Nous tenons ensemble
Des actes de terrorisme propageant un ensemble d'idéologies haineuses continuent de blesser, de nuire et de tuer des milliers d'innocents chaque année.

Les victimes du terrorisme doivent trop souvent lutter pour faire entendre leur voix, obtenir une assistance et faire respecter leurs droits. Celles-ci se sentent en effet oubliées et négligées une fois que les conséquences immédiates d'une attaque terroriste s'estompent, ce qui peut aggraver leur traumatisme.

Cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme en présence des autorités civiles et militaires du 11 mars 203

Cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme en présence des autorités civiles et militaires du 11 mars 2023

Le 11 mars rend hommage aux victimes de tous les attentats ayant touché la France depuis les années 1970.

C'est aussi la journée européenne de commémoration des victimes du terrorisme.

La première cérémonie nationale a été organisée en 2020 et présidée par le président de la République à Paris en présence du Roi et de la reine d’Espagne. Cette célébration nationale se tiendra désormais chaque année en France.

La commémoration est d’abord ce que la Nation doit à toutes les souffrances endurées par les victimes du terrorisme. Elle marque aussi la reconnaissance envers celles et ceux dont l’engagement physique, moral et intellectuel s’est manifesté face aux violences nées de ces tragédies. Elle constitue la preuve que la terreur n’a pas anéanti la promesse républicaine. Elle rassemble tous les Français dans une œuvre de mémoire collective, en souvenir des attentats commis sur notre territoire et de tous ceux subis par nos compatriotes lors d’attaques terroristes commises à l’étranger.

Pourquoi le 11 mars ?

Cette journée de commémoration a été instaurée en France par le décret du 7 novembre 2019. Elle a été organisée pour la première fois en 2020. Elle rend hommage aux victimes de tous les attentats ayant touché la France depuis les années 1970. Cette date est celle de la journée européenne de commémoration des victimes du terrorisme. Elle fait référence au 11 mars 2004, date de l' attentat djihadiste de la gare d'Atocha (Madrid) qui a fait 192 morts et plus de 1500 blessés.

À la suite des attentats de 2015 en France, a été créée la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme. Cette médaille vise à rendre hommage à ceux qui ont été tués, blessés ou séquestrés lors d'événements terroristes.

En 2018, le président de la République a également demandé que soit créé un musée-mémorial du terrorisme. Ce lieu a pour objet de commémorer toutes les victimes en France et toutes les victimes françaises à l’étranger. Il doit aussi être un musée d’histoire du terrorisme et un lieu de recherche, de transmission et d’éducation. Ce projet doit voir le jour en 2027.

Le 21 août est la journée internationale du souvenir en hommage aux victimes du terrorisme.

En 2017, par sa résolution A/RES/72/165, l'assemblée générale des Nations Unies a décidé de proclamer le 21 août journée internationale du souvenir, en hommage aux victimes du terrorisme, afin d’honorer et de soutenir les victimes et les survivants du terrorisme et de promouvoir et protéger le plein exercice de leurs libertés et de leurs droits fondamentaux.

De la sorte, elle a réaffirmé que la promotion et la protection des droits de l’homme pour tous et la primauté du droit aux niveaux national et international sont indispensables pour prévenir et combattre le terrorisme.