Connaissance des territoires

Occupation du sol en Haute-Savoie

 
 

Dans un département aussi dynamique avec une agriculture à haute valeur ajoutée et un environnement exceptionnel, la consommation d’espace constitue un enjeu crucial. La DDT a développé une base de données SIG sur l’OCcupation du Sol (OCS) pour accompagner les collectivités et leurs bureaux d’études.

Développement d’une nouvelle base de données

Le département de la Haute-Savoie est marqué par une forte hausse de sa population, supérieure à 10 000 habitants par an qui conduit à un développement conséquent de l’urbanisation générant une artificialisation d’espaces agricoles et naturels.

Dans un département aussi dynamique avec une agriculture à haute valeur ajoutée et un environnement exceptionnel, la consommation d’espace constitue un enjeu crucial.

Depuis plusieurs années, la direction départementale des territoires (DDTdirection départementale des territoires), service de l’État en charge de l’urbanisme, a développé des méthodes de suivi de l’urbanisation pour comprendre les dynamiques et ainsi, assurer une consommation d’espace raisonnable.

Désormais, la DDTdirection départementale des territoires, forte de son expérience, est en mesure de cartographier de manière très précise la nature de l’occupation des sols : c’est la base de données SIGservice d'information du gouvernement ou système d'information géographique sur l’OCcupation du Sol (OCS). Cette donnée surfacique étant la plus détaillée possible, elle permet de mesurer de manière objective et précise l'évolution de  l'occupation du sol. Elle est mise  à disposition des collectivités et de leurs bureaux d’études pour s'appuyer sur une référence commune sur l’ensemble du département.

Elle peut également être utilisée pour les sujets suivants :

  • évaluer l'évolution de l'imperméabilisation des sols,
  • suivre les défrichements en forêts,
  • réglementer l'usage des produits phytosanitaires à proximité des écoles,
  • localiser les puits de carbone.

Une première version basée sur la photo-aérienne (BD Ortho de l’IGN) de 2015 a été réalisée. Elle servira de référence. Dans un deuxième temps, la photo aérienne de 2008 a permis de constituer une version antérieure. Cela permet d’évaluer précisément l’évolution de l’occupation du sol entre 2008 et 2015. Enfin, lorsque la prochaine campagne de photo-aérienne sera mise à disposition, une nouvelle version sera réalisée, a priori en 2020, selon les délais de transmission de la BD Ortho de l’IGN. Elle permettra de comparer l’évolution entre 2008-2015 et 2015-2020.

Classification de l’occupation du sol

Le terrain est classé en 10 grandes catégories selon l’usage du sol. Ces catégories sont subdivisées en 36 sous-catégories au total, de la manière suivante :

Les zones bâties

   

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : zones bâties

Les infrastructures de transport et de stationnement

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les infrastructures de transport et de stationnement

Les espaces de dépôt, de stockage, les carrières

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les espaces de dépôt, de stockage, les carrières

Les espaces artificiels non bâties

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les espaces artificiels non bâties

Les espaces agricoles

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les espaces agricoles

Les forêts

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les forêts

Les autres espaces boisés

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les autres espaces boisés

Les espaces en herbe ou en cours de végétalisation

2. Classification de l’occupation du sol 2018 :Les espaces en herbe ou en cours de végétalisation

Les autres espaces naturels

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les autres espaces naturels

Les surfaces en eau

2. Classification de l’occupation du sol 2018 : Les surfaces en eau

Accès à la base de données

Quelques chiffres à retenir

OCS / GRAPH

L’exploitation de la base de l’occupation du sol donne les ordres de grandeurs.

Il est précisé que certains espaces peuvent être partagés notamment dans le cadre des activités de loisir (domaines skiables, golf, équitation). Dans ce cas, le caractère agricole ou naturel prime sur l’aspect artificialisé de l’espace.

  • Département de la Haute-Savoie (la superficie de la Haute-Savoie tient compte des glaciers et du lac d’Annecy mais pas de la partie française du lac Léman) : 4 597 km²
  • Enveloppe urbaine : 349 km²
  • Infrastructures de transport : 98,5 km²
  • Surface agricole : 1 340 km²
  • Surface en forêt : 1 850 km²
  • Autres espaces (en majorité naturels : lac d’Annecy, cours d’eau, roches, glaciers, surface en herbe non agricole...) : 900 km²

L’enveloppe artificielle peut être décomposée en 3 catégories, avec la prépondérance de l’enveloppe urbaine.

OCS-Enveloppe artificielle

L’enveloppe urbaine est principalement constituée des zones d’habitat.

OCS-Enveloppe urbaine

La surface agricole utile est principalement composée des surfaces en prairie, suivie des estives et alpages.

OCS-surface agricole

Évolution entre 2008 et 2015

  • Enveloppe artificielle : +1 791 ha
  • Voirie : +82 ha
  • Enveloppe habitat : +1 497 ha
  • Prairies : -1671 ha
  • Enveloppe activité : +202 ha
  • Forêt : -343 ha
  • Parkings : +202 ha