Actualités 2017

Des cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 4 détectés en Haute-Savoie

 
 
vache

Les résultats de la surveillance de la FCOfièvre catarrhale ovine mise en oeuvre ces derniers mois mettent en évidence les points suivants :
 

  • le virus a circulé activement en Haute-Savoie au moins depuis mai 2017
  •  au 1er décembre 2017, 8731 bovins ont été identifiés comme sortis du périmètre interdit de Haute-Savoie depuis avril 2017, dans 1059 élevages dans 65 départements. Les résultats sont disponibles au 21 décembre pour près de 40 % d'entre eux, certains conduisant à la détection de cas suspects ou confirmés dans d'autres départements que la Haute-Savoie
  •  Au vu de cette situation sanitaire évolutive, il apparaît que l’objectif initial d’éradication devient irréaliste, même si, dans le département de la Haute-Savoie, il a été réalisé en peu de temps la vaccination d'un très grand nombre d'animaux par la mobilisation de la profession agricole et des vétérinaires

Par conséquent, lors de sa réunion  du 21 décembre 2017, le Comité national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV) a renoncé à la stratégie initiale d’éradication au profit de l’extension de la zone réglementée FCOfièvre catarrhale ovine-4 à l’ensemble du territoire continental avec priorisation de la vaccination à certaines catégories d'animaux (ovins, échanges, exports...).
 
 Cela induit les dispositions suivantes depuis le 1er janvier 2018 :

  •  les animaux peuvent circuler librement, comme c’est déjà le cas pour le FCOfièvre catarrhale ovine-8 ;
  • la vaccination FCOfièvre catarrhale ovine-4 devient volontaire, comme pour le FCOfièvre catarrhale ovine-8. Les doses vaccinales achetées par l’État en novembre et décembre, dans un objectif d'éradication, sont mises à disposition des éleveurs gratuitement jusqu'à épuisement du stock. Par ailleurs, la deuxième injection de primo-vaccination chez les ruminants reste prise en charge par l’Etat dans les départements de la zone de protection, dès lors que la première injection a eu lieu avant le 31/12/2017. La vaccination sera à la charge des éleveurs dans les autres cas
  • compte tenu des accords bilatéraux en cours, les échanges d’animaux vers l’Espagne ou l’Italie (qui représentent 80% des flux exports d’animaux depuis la France) ne sont pas impactés ;
  •  les discussions avec les pays tiers (notamment avec l'Algérie) auront lieu tout  début janvier pour permettre le maintien des exportations.

Rappel de la chronologie des faits

Le 6 novembre 2017, un cas de fièvre catarrhale ovine (FCOfièvre catarrhale ovine) de sérotype 4 a été décelé sur un veau né en Haute-Savoie (Orcier). L’animal a été abattu le 7 novembre.

La découverte de ce cas a conduit le préfet de la Haute-Savoie à définir un périmètre d'interdiction de 20 kilomètres autour de l'élevage d'origine du veau, où :

Ce dépistage a permis de déceler de nouveaux cas dans des communes voisines. 

Au 18 décembre, la découverte de nouveaux cas notamment à Bonneville, Sallanches et Vallières a conduit le préfet de la Haute-Savoie à élargir le périmètre interdit à toute la Haute-Savoie sauf pour les communes du Bouchet-Mont-Charvin, de Chevaline, de Doussard, d’Entrevernes, de Faverges-Seythenex, de Giez , de Lathuille, de Saint-Férréol, de Serraval et de Val de Chaise.

Cliquez sur l'image pour la voir en format original

.

> arrêté-préfectoral-18-12-2017-élargissant le périmètre interdit à 269 communes - format : PDFportable document format sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,17 Mbmega bytes

De plus, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a publié le 8 novembre un arrêté ministériel qui place plusieurs départements en zone de protection ou de surveillance :

  • Sont placés en zone de protection l’intégralité des départements suivants : Ain, Doubs, Jura, Savoie, Haute-Savoie. La vaccination contre la FCOfièvre catarrhale ovine sérotype 4 y est obligatoire, le transport en dehors de la zone est interdit sauf dérogation, des cheptels-témoins sont dépistés pour la FCOfièvre catarrhale ovine-4. 
  • Sont placés en zone de surveillance l’intégralité des départements suivants : Hautes- Alpes, Côte d’or, Isère, Rhône, Haute-Saône, Saône et Loire et territoire de Belfort. Le transport en dehors de la zone est interdit sauf dérogation, des cheptels-témoins sont dépistés pour la FCOfièvre catarrhale ovine-4.

La FCOfièvre catarrhale ovine est inscrite sur la liste de l’office mondiale pour la santé animale (OIE) parmi les maladies à grand pouvoir de diffusion et dont les conséquences socio-économiques sont graves et dont l’incidence sur le commerce international des animaux et des produits d’origine animale est très importante. Son apparition sur un territoire entraîne donc des restrictions commerciales sévères qui concernent les animaux des espèces sensibles à la maladie et leur semence, ovules et embryons. Cette maladie n’affecte pas l’homme et n’a strictement aucune incidence sur la qualité des denrées.

La France métropolitaine est contaminée très largement par le sérotype 8 de la FCOfièvre catarrhale ovine depuis l’automne 2015. Le sérotype 4 n’avait été jusqu’à présent retrouvé qu’en Corse, où une lutte contre la maladie est en cours, via une vaccination obligatoire.