Nos agents

3 questions à Odile Frediani

 
 
Odile Frediani

Référent fraude départemental

Le poste que vous occupez a été créé en 2017 dans le cadre de la réforme des préfectures baptisée « plan préfecture nouvelle génération », il s’agit donc de nouvelles missions ?

 Pas véritablement, le contrôle de la fraude était auparavant effectué par chaque service-métier dans son domaine de compétence. La nouveauté réside plutôt dans l’unification du suivi de ces dossiers, ce qui permet d’intensifier les contrôles avec un agent dédié à cette mission. Avec mes homologues travaillant dans les autres préfectures de France, nous constituons ainsi un réseau qui permet l’échange d’expérience et de savoir-faire pour lutter plus efficacement contre la diversité des fraudes rencontrées. Nous constituons également une porte d’entrée facilement identifiable pour les mairies avec lesquelles nous travaillons.

Quels types de fraudes détectez-vous ?

 Mon travail recouvre quatre volets :

  •  la fraude documentaire : depuis fin 2017, les usagers effectuent leurs demandes de titres (carte nationale d’identité, passeport, carte grise, permis de conduire) en ligne via des procédures dématérialisées. Ces demandes sont instruites sur des plateformes nationales qui me contactent en cas de suspicion de fraude dans les pièces justificatives notamment (faux actes de naissance, fausses factures, reconnaissances frauduleuses de paternité…). Je suis alors en charge d’auditionner la personne concernée afin d’effectuer (ou non) un signalement au procureur
  •  la coordination avec des partenaires extérieurs : avec cette nouvelle organisation de la délivrance des titres, les usagers ne se déplacent plus en préfecture mais se rendent encore dans leur mairie pour les documents d’identité nécessitant une prise d’empreinte (carte d’identité, passeport). Je joue donc un rôle de conseil et de formation auprès des agents communaux afin de les sensibiliser à la détection de la fraude et au respect des procédures en vigueur, notamment pour la destruction des anciens titres. Pour les cartes grises, c’est avec les professionnels de l’automobile habilités à enregistrer ces demandes que je travaille.
  •  le contrôle interne : en interne à la préfecture, les agents de l’État ont accès à des bases de données nationales comportant des informations sensibles (antécédents judiciaires, personnes radicalisées etc.). Je m’assure par exemple que les habilitations de chacun correspondent bien à un besoin réel dans l’exercice de ses missions

Constatez-vous des fraudes spécifiques au département de la Haute-Savoie ?

 Concernant les titres, le département suit la tendance nationale. Le CODAF, au sein duquel les services chargés de la lutte contre les fraudes coopèrent (inspection du travail, finances publiques, Pôle Emploi, URSSAFUnion de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales, CAFcaisse d'allocations familiales…), est actif notamment dans le domaine du travail illégal et de la fraude au détachement, une spécificité due au dynamisme de l’économie en Haute-Savoie et à la proximité avec la frontière.

 
 

A lire également :