Influenza aviaire : passage en risque élevé dans toute la France

 
© Bernard Suard-Terra

Suite à la découverte de plusieurs foyers d’influenza aviaire (H5N8) dans des élevages du Sud-Ouest et de cas dans la faune sauvage dans le Pas-de-Calais et en Haute-Savoie (Evian), le ministère de l'Agriculture a décidé de relever le niveau de risque de transmission de cette maladie des oiseaux sauvages aux oiseaux domestiques et de le qualifier désormais d’élevé sur tout le territoire national (arrêté ministériel du 5 décembre 2016 publié au journal officiel du 6 décembre 2016). Ce choix a également été motivé par l’évolution rapide de la situation sanitaire en France et par la dynamique de propagation du virus (certains foyers découverts ces derniers jours se situaient en dehors des zones à risques particuliers).

Quelles sont les conséquences de cette élévation du niveau de risque pour la France entière ?

  •  confinement des oiseaux d’élevages et de basses-cours (même chez les particuliers)
  •  interdiction des rassemblements d’oiseaux
  •  surveillance quotidienne par les éleveurs de l’apparition des signes cliniques de la maladie chez leurs volailles ou oiseaux
  •  renforcement des mesures de biosécurité
  •  surveillance de la mortalité des oiseaux sauvages
  •  interdiction des lâchers de gibiers à plumes
  •  interdiction des lâchers de pigeons
  •  interdiction du transport et de l’utilisation d’appelants pour la chasse aux gibiers d’eau

Cette maladie est-elle dangereuse pour l’homme ?

Aucun cas humain mettant en cause ce virus H5N8 n’a été décrit ni en France ni dans le monde, mais sa contagiosité chez les oiseaux impose des mesures strictes de prévention et de lutte afin de limiter les effets économiques.

Que faire en cas de découverte d’un oiseau mort ?

 Les services de l’État en Haute-Savoie poursuivent leur travail de surveillance de la mortalité des oiseaux sauvages.

La collecte pour autopsie et analyse est déclenchée dans les cas suivants :

  •  mortalité groupée d'oiseaux sauvages : au moins trois cadavres d'oiseaux d’une ou plusieurs espèces sur un même site (sur un rayon d'environ 500 mètres) et sur un laps de temps d'une semaine;
  •  cygne, canard, mouette, goéland, poule d'eau : collecte à partir du premier oiseau mort.

La déclaration de la mortalité doit être faite auprès de l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage) ou de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPPDirection départementale de la protection des populations) :

ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage :
 90 impasse Les Daudes - 74320 SEVRIER
 Tel : 04 50 52 49 14
 
 DDPPDirection départementale de la protection des populations :
 9 rue Blaise Pascal - BPboîte postale 82 - 74603 Seynod cedex
 Tel : 04 50 33 55 50
 ddpp@haute-savoie.gouv.fr

Rappel : obligation de déclarer vos oiseaux

L’arrêté du 24 février 2006, relatif au recensement des oiseaux en vue de la prévention et de la lutte contre l’influenza aviaire, impose à toutes les personnes physiques ou morales détenant des oiseaux d’en faire la déclaration auprès de la mairie du lieu de détention des oiseaux en renseignant cette fiche de recensement .

-> Conseils pratiques aux propriétaires de basses-cours