Plateau des Bornes

 
 
Plateau des Bornes

Le plateau des Bornes est ouvert en diagonale NE-SE vers la région d'Annemasse et la vallée de l'Arve d'une part, et vers la région d'Annecy d'autre part. Plateau élevé (jusqu'à plus de 900 m, avec le col d'Evires à 801 m) il est relativement venté et froid l'hiver (avec un enneigement fréquent), et présente une forte pluviométrie. Le plateau de Bornes, molassique, accueille un important réseau de zones humides.

Il est bordé au nord-ouest par le Mont Salève et au sud-est par le massif des Bornes.

L'agriculture, quasi totalement tournée vers l'élevage laitier, y fait preuve d'un fort dynamisme. Les exploitations sont souvent en forme sociétaire, avec un grand nombre de GAECGroupement agricole d'exploitation en commun, et les surfaces agricoles sont très convoitées.

Le plateau des Glières, haut lieu de la résistance, offre de vastes alpages de qualité, occupés chaque été par des vaches laitières (et fabrication fromagère à l'alpage).

Entre le plateau des Glières et la montagne de Sous-Dine, l'alpage de Champ laitier, de plus de 500 ha, est pour sa part exploité par un groupement pastoral qui regroupe une douzaine d'adhérents qui estivent plus de 500 génisses.

Deux coopératives agricoles laitières transforment le lait du territoire en fromages AOPappellation d'origine protégée Reblochon de Savoie principalement à Arbusigny (1,6 millions de litres de lait/an) et à Groisy (fruitière de Fontaine-Vive : 2,6 millions de l/an). La fruitière d'Arbusigny est la seule du département à fabriquer (depuis 1994) des fromages "bio" (Reblochon, Abondance, Tommette) avec du lait issu de l’agriculture biologique.

L'arboriculture (pommes et poires IGPindication géographique protégée Savoie) est présente sur Cruseilles et Groisy, mais sur la commune de Groisy, les surfaces arboricoles ont très fortement diminué depuis une trentaine d'années.