Haut-Chablais

 
 

Partie septentrionale du massif alpin français, bordé au nord par le lac Léman, à l'est par le canton suisse du Valais et à l'ouest par le Genevois (région d'Annemasse), le Chablais présente une géologie remarquable, véritable condensé de la formation des Alpes, et a été labellisé "Géopark" en mars 2012 par l'UNESCOUnited nations educational, scientific and cultural organisation Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, devenant le 4ème "Géopark" français.

Il comporte deux zones géographiques distinctes :

  • le Bas-Chablais formé de plaines, coteaux, terrasses et bas plateaux tournés vers le lac Léman et la Suisse,
  • le Haut-Chablais, montagneux, pastoral et forestier, formé de massifs séparés par des vallées profondes, d'où émergent des sommets entre 2 200 et 2466 m d'altitude.

Le Haut-Chablais est totalement classé en "zone de montagne", et pour environ deux tiers (partie est) en "haute-montagne".

L'agriculture y est quasi-totalement orientée sur l'élevage laitier, avec transformation en fromages AOPappellation d'origine protégée (Reblochon de Savoie et fromage d'Abondance).

Il convient de souligner dans ce territoire les particularités de la "vallée verte", haute-vallée de la Menoge (Boëge, Bogève), où l'agriculture a été relativement préservée de l'urbanisation, malgré la proximité d'Annemasse et de Genève. L'agriculture y a cependant connu un déclin dans les années 90, avec un éclatement du tissu coopératif : 4 des 5 ateliers de transformation ont du fermer). Seule la fruitière de Bogève a subsisté, et ne transforme que le tiers de la production de la vallée, le reste étant vendu aux industriels laitiers.

La vallée d'Abondance est à la fois le berceau de la race bovine Abondance et du fromage d'Abondance, qui a connu un fort développement depuis sa reconnaissance en appellation d'origine en 1990.

Les deux coopératives laitières du territoire (Bogève et Bellevaux) transforment environ 2,6 millions de litres de lait par an.

La transformation à la ferme est est également présente, et même exclusive en vallée d'Abondance, avec un atelier coopératif d'affinage à Abondance.

Les alpages sont très présents, avec plus de 3 000 ha d'utilisation collective par des groupements pastoraux.