Bas Chablais

 
 

Partie septentrionale du massif alpin français, bordé au nord par le lac Léman, à l'est par le canton suisse du Valais, et à l'ouest par le Genevois (région d'Annemasse), le Chablais présente une géologie remarquable, véritable condensé de la formation des Alpes, et a été labellisé "Géopark" en mars 2012 par l'UNESCOUnited nations educational, scientific and cultural organisation Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, devenant le 4ème "Géopark" français.

Il comporte deux zones géographiques distinctes :

  • le Haut-Chablais, montagneux,
  • le Bas-Chablais formé de plaines, coteaux, terrasses et bas plateaux tournés vers le lac Léman et la Suisse, et qui s'étagent entre 350 et 900 m d'altitude. Les deux-tiers du territoire sont classés en "zone de plaine", "zone défavorisée simple" et "piedmont", le tiers sud-est étant classé en "zone de montagne".

Très soumis à l'urbanisation, le Bas-Chablais conserve cependant une agriculture relativement bien distribuée sur le territoire, et assez diversifiée, malgré une prédominance de l'élevage laitier. On y trouve :

  • les trois-quarts des vignes AOPappellation d'origine protégée du département, avec les appellations Marin, Ripaille, Marignan, et Crépy (cépage Chasselas),
  • des petits fruits,
  • du maraîchage et de l'horticulture,
  • des cultures de céréales.

En outre, on note la présence de la pêche, avec une quarantaine de pêcheurs professionnels sur le lac Léman, qui prélèvent environ 500 tonnes de poissons par an.

La production laitière est essentiellement transformée en coopérative, en fromages d'IGPindication géographique protégée Tomme et Emmental de Savoie. Une partie du territoire est cependant en zones AOPappellation d'origine protégée (Reblochon fromage d'Abondance). Les trois coopératives du Bas Chablais (Douvaine, Brenthonne, Cervens) transforment un peu plus de 14 millions de litres de lait.