Pollution de l'air intérieur

 
 
Un bon air chez moi

Nous passons 80% de notre temps en espace clos ou semi-clos, que cela soit dans les logements, lieux de travail, écoles, espaces de loisirs, commerces, transports... L’air que nous y respirons n’est pas toujours de bonne qualité. Les sources potentielles de pollution dans les bâtiments sont en effet nombreuses : air extérieur, appareils à combustion, matériaux de construction et d’ameublement, activité humaine (tabagisme, produits d’entretien, bricolage, cuisine...)

La bonne qualité de l’air à l’intérieur d’un bâtiment a un effet démontré sur la qualité de concentration, le taux d’absentéisme, le bien-être et les relations entre les occupants. A contrario, une mauvaise qualité de l’air peut favoriser l’émergence de symptômes tels que maux de tête, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau, vertiges ainsi que les manifestations allergiques et l’asthme.

Retrouvez ci-après la réglementation et les recommandations du ministère de la transition écologique :

Dans les établissements recevant du public (ERP)

Les bons gestes pour un air plus sain dans son logement

Textes de référence

  • décret n°2012-14 du 5 janvier 2012  relatif à l'évaluation des moyens d'aération et à la mesure des polluants effectuées au titre de la surveillance de la qualité de l'air intérieur de certains établissements recevant du public qui fixe les règles, en particulier, pour  les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans, les écoles maternelles et les écoles élémentaires, ERPétablissements recevant du public concernés par l'échéance du 1er janvier 2018.
  • décret n°2015-1000 du 17 août 2015  relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant du public
  • Code de l’environnement : L221.8 , R221.30 à D221.38
  • Code de l’action sociale et des familles : L312.1 , R 227.1