Les différents problèmes phytosanitaires rencontrés sur le département

 
 

Ces dernières années, en Haute-Savoie, plusieurs ravageurs ont été constatés.

Ce sont principalement :

Le scolyte sur épicéas (Ips typographus)

photo scolyte

 

 

 

 

Le scolyte est un insecte sous-cortical de la famille des coléoptères se développant sous les écorces. Il entraîne la mort de l’arbre par asphyxie en 4 semaines.

Symptômes des attaques : écoulement de résine, rougissement et perte d’aiguilles, décollement des écorces.

Les conditions du printemps 2017 ont été favorables sur l'ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes au développement du scolyte en revanche, la situation est redevenue à un état d'endémie sur le département, malgré les périodes de canicule estivale et la colonisation des chablis de la tempête ZEUS. Le report sur les pessières n'a pas été constaté.

Consultez l'arrêté du préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes relatif à l'organisation de la lutte phytosanitaire contre les attaques de scolytes du 29 juin 2017 .

La chalarose (Chalara fraxinea) sur le frêne

photo chalarose

Apparue en Pologne en 1990, cette maladie émergente du frêne est reconnue comme parasite invasif. Détectée en France en 2008, ce champignon progresse rapidement et touche toutes les formations boisées, arbre isolé ou en peuplement, jeune sujet en plantation ou en régénération naturelle, arbre adulte.

Les symptômes visibles consistent en des flétrissements de rameaux, suivis de dessèchements puis apparition de descente de cimes et de nécroses des collets.

En 2016, des premiers signes de mortalité de frênes ont été enregistrés en Haute-Savoie, département déclaré entièrement contaminé.

 

 

 

 
 
 
 

Le cynips du châtaignier (Dryocosmus kuriphilus)

photo cynips du chataignier

Cette petite guêpe originaire de Chine est considérée comme le ravageur le plus important du châtaignier.

Détecté en Haute-Savoie, en octobre 2009, sur une jeune plantation sur la commune de Maxilly-sur-Léman, sa propagation a été très rapide jusqu’en 2014. Cet insecte provoque des galles sur les feuilles de châtaignier et le développement larvaire s’effectue sur une période de deux ans. Les attaques peuvent entraîner la mort de rameaux et une baisse considérable de la production de châtaignes.

En 2017, les attaques sont en phase de régression compte tenu de la mise en place de la prédation de cet insecte par un autre insecte, qui consomme ses larves.

 

La pyrale du buis (Cydalima perspectalis)

photo pyrale du buis

C'est un insecte invasif de la famille des lépidoptères. Originaire d’Asie du sud, il est arrivé en France en 2007. La pyrale a occasionné dans un premier temps des dégâts dans les parcs et jardins mais touche aujourd’hui l'ensemble des formations en forêt, où l'on constate depuis quelques années de la mortalité importante. Les chenilles consomment les feuilles et l’écorce verte des buis. Les défoliations peuvent être totales. Les dépérissements massifs du buis peuvent augmenter temporairement le risque d’incendie et poser des problèmes de stabilité des versants où l’espèce est dominante en sous-bois.

Pour plus d’informations, contactez les correspondants du département de la santé des forêts en Haute-Savoie