Une deuxième ZSP en Haute-Savoie pour faire encore reculer la délinquance

 
 
©Dicom&Sicom

Le ministre de l'intérieur vient de valider la nouvelle zone de sécurité prioritaire (ZSPzone de sécurité prioritaire) de Cluses, Scionzier, Marnaz et Bonneville.

La moyenne vallée de l'Arve, située en zone de compétence exclusive de la gendarmerie nationale, constitue une aire urbaine d'environ 60 000 habitants.

Berceau historique du décolletage et de la mécanique de précision, près de 10 000 personnes vivent aujourd'hui sur ce territoire dans de « grands ensembles », qui concentrent des déséquilibres économiques et sociaux importants. Les problèmes rencontrés dans ces quartiers sont ceux des grandes villes et le sentiment d'insécurité des habitants et des acteurs locaux de la vie économique et sociale y est parfois élevé.

Territoire péri-urbain, la moyenne vallée de l'Arve constitue également une importante zone de passage. Disposant d'un réseau routier dense, irriguée par l'autoroute blanche et par une voie ferrée qui s'appuie sur de nombreuses petites gares SNCFSociété nationale des chemins de fer français, on y constate un fort enracinement de la délinquance, caractérisée par une économie souterraine active, par un niveau persistant et élevé de trafics de produits stupéfiants, par de nombreux délits d’appropriation frauduleuse et d’atteintes aux personnes, ainsi que par de multiples incivilités. S’agissant par exemple des atteintes aux personnes, certains secteurs de ce territoire enregistrent les plus forts taux du département et connaissent les mêmes problématiques que les grandes agglomérations sensibles, problématiques simplement réduites en volume et en acuité.

La nouvelle zone de sécurité prioritaire (ZSPzone de sécurité prioritaire) de Cluses, Scionzier, Marnaz et Bonneville, que vient de valider le ministre de l'intérieur, vise donc à apporter une réponse organisée et novatrice des acteurs publics de la sécurité, déjà fortement mobilisés, autour de ces enjeux.

Son périmètre, qui a fait l'objet d'un large consensus de la part des élus locaux concernés, comprend des secteurs ciblés et limités des communes de Bonneville, Cluses, Marnaz et Scionzier et un effort particulier est porté sur les gares, lignes et emprises SNCFSociété nationale des chemins de fer français, ainsi que sur les axes routiers (lignes de bus scolaires en particulier) qui relient entre eux les différents secteurs de la ZSPzone de sécurité prioritaire, mais aussi sur les établissements d'enseignement de la zone.

Destinée à améliorer durablement le quotidien des habitants les plus confrontés à l’insécurité, cette nouvelle ZSPzone de sécurité prioritaire, à l'instar de celle d'Annemasse, Ambilly et Gaillard déjà existante, s’appuie sur un profond renouvellement des méthodes et sur un effort important en termes de moyens.

La coordination de tous les services de police, sous l’autorité conjointe du préfet de la Haute-Savoie et  du procureur de la République près le tribunal de grande instance de Bonneville pour ce qui concerne l'action judiciaire, va ainsi être rapidement renforcée. Par ailleurs, le partenariat entre l’institution judiciaire, les forces de l’ordre, les maires et les autres acteurs de la sécurité et de la prévention devrait faire très prochainement l’objet d’une dynamique renouvelée.

En réponse à la délinquance protéiforme observée, deux objectifs ciblés ont été retenus par le ministre de l’intérieur :

  •  la lutte contre les trafics de drogue et l'économie souterraine afférente,
  •  et la lutte contre la violence sous toutes ses formes, en particulier dans les transports et les établissements scolaires.

La mise en place de cette nouvelle ZSPzone de sécurité prioritaire haut-savoyarde devrait donc rapidement permettre de favoriser la conduite d’enquêtes plus complexes et approfondies, seules de nature à permettre de lutter efficacement contre l’économie souterraine et les trafics de toutes natures. Elle va également offrir la possibilité, notamment par le biais d'une présence accrue de renforts mobiles, de mieux maîtriser le sentiment d'insécurité des habitants et aux forces de l'ordre d'être davantage présentes et visibles sur la voie publique.