Protection des végétaux

 

Chancre coloré du platane

Arrêté 2012298-0030 (24/10/2012) se rapportant à la lutte contre le chancre coloré du platane (Cerotocystis platani)

Chrysomèle du maïs

dégâts potentiels sur du maïs

dégâts potentiels sur du maïs

La présence de spécimens de chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera virgifera Le Conte) a été observée sur les communes de Bonneville, Ayze et Pringy en Haute-Savoie.

Il s’agit d’un petit coléoptère qui s’attaque aux racines du maïs. Originaire d’Amérique Centrale, il a progressivement envahi l’Amérique du Nord, où il est devenu le principal ravageur du maïs. Il a été signalé pour la première fois en Europe en 1992 en Serbie, puis a progressivement atteint les pays voisins (la France en 2002).

Bien qu’il ne présente pas de danger pour l’homme, cet insecte peut générer des dégâts importants sur la culture du maïs et les pertes économiques consécutives pour les filières agricoles sont telles que l’Union Européenne a interdit son introduction et sa dissémination.En France, une surveillance du territoire est organisée depuis 1999 afin de déceler toute introduction du parasite. La présence de ce parasite dans la région a été constatée pour la première fois dans le Rhône et en Savoie en 2007.
En 2009, on a constaté une multiplication des foyers, notamment en Alsace et en Rhône-Alpes. En Rhône-Alpes, on dénombrait 9 foyers dans les départements de l’Ain, Isère, Savoie et Haute-Savoie.
En 2010, 53 captures ont été confirmées dans le Rhône (1), l’Ain (16), l’Isère (9), la Savoie (26) et la Haute-Savoie (1).

cycle biologique du maïs

cycle biologique du maïs

Les services de la direction régionale et des directions départementales des territoires (DRAAFdirection régionale de l'alimentation de l'agriculture et de la forêt et DDTdirection départementale des territoires) sont chargés de la mise en œuvre des mesures de lutte, avec l’appui de la Fédération régionale de lutte contre les organismes nuisibles (FREDON) en charge du pilotage des traitements.
La réglementation (arrêté ministériel du 28/07/2008) qui prévoyait la délimitation de 3 zones et définissait les mesures de lutte spécifiques pour chacune d’entre elles vient d’être modifiée par l’arrêté du 23 septembre 2010. Cet arrêté prévoit la possibilité de définir des zones de confinement, c’est à dire des zones où la présence de la chrysomèle a été mise en évidence dans une partie du territoire au cours de trois années consécutives et où l’éradication n’est plus envisageable. C’est le cas en Rhône-Alpes avec un foyer comme celui de l’Est lyonnais où les captures sont nombreuses depuis 2007.
Le texte prévoit des mesures de lutte générales de deux types :
- Traitements larvicides sur toutes les parcelles faisant l’objet d’une culture de maïs pour au moins trois années consécutives ;
- Obligation d’assolement de manière à aboutir à une rupture du cycle maïs sur maïs au moins un an sur six.
Le texte prévoit également des mesures particulières dans les zones de découverte de la chrysomèle. En cas de piégeage de moins de 30 spécimens, les parcelles de maïs situées dans un rayon de 1 km autour du lieu de capture doivent faire l’objet d’une lutte contre les larves pour être à nouveau implantées en maïs l’année qui suit la découverte. En cas de piégeage de plus de 30 spécimens, la mesure est complétée par une obligation d’assolement de manière à aboutir à une rupture du cycle du maïs au moins un an sur trois pendant trois ans (voir nota point 2).

Application en Rhône-Alpes

En Rhône-Alpes, ce sont les cinq départements de l’Ain, l’Isère , le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie qui sont concernés et définis dans leur totalité comme zone de confinement par des arrêtés préfectoraux. Ces arrêtés définissent pour chacun (totalité du département) les mesures de lutte suivantes qui en découlent dès la campagne 2011 et jusqu’en 2016 (traitements larvicides et rotations).

Arrêté 2010-1012 (15/11/2010) définissant la zone de confinement et les mesures de lutte contre la chrysomèle des racines du maïs en Haute-Savoie

mesures de lutte
totalité des départements Ain, Isère, Rhône, Savoie, Haute-Savoie mesures de lutte - traitements au semis de maïs mesures de lutte - rotations
Hors zones de1 km autour des captures année n Si maïs années n-1 et n : traitement larvicide année n+1 (Ce traitement n’est donc pas obligatoire pour toute parcelle de maïs sur laquelle est pratiquée une rotation d’au moins une année sur 3)

Sur les parcelles en maïs en 2010 (année de référence) retirer au moins 1/6ème par an pendant 6 ans dès 2011.

Fin 2016 aucune parcelle de l’exploitation n’aura été cultivée en maïs plus de 5 années consécutives.

1 km autour des captures année n Si maïs année n : traitement larvicide année n+1

Nota : aucun piège n’ayant capturé plus de 30 spécimens en 2010, la mesure complémentaire de rotation deux années sur trois ne s’applique pas cette année.

Préparation de la campagne d’assolement 2011

Les conditions d’implantation du maïs en 2011
a-Traitements larvicides

traitements larvicides très schématiquement

Pour 2011 :

  • en dehors des zones de 1 km autour des captures 2010, toute parcelle qui était en maïs en 2009 et en 2010 ne peut être implantée en maïs en 2011 que si elle fait l’objet d’un traitement contre les larves ;
  • dans les zones de 1 km autour des captures 2010, toute parcelle qui était implantée en maïs en 2010, ne peut être implantée en maïs en 2011 que si elle fait l’objet d’un traitement contre les larves.

Les trois communes concernées par la zone de 1 km autour de la capture 2010 en Haute-Savoie sont CHAVANOD, CRAN-GEVRIER, SEYNOD.

b- Rotations

rotations très schématiquement

Pour 2011, sur l’ensemble des parcelles de l’exploitation cultivées en maïs en 2010, au moins un sixième de ces surfaces doit faire l’objet d’une autre culture que le maïs en 2011. Les autres parcelles de l’exploitation peuvent être implantées en maïs, quelles soient comprises dans la sole 2010 ou non et à condition de respecter les conditions de traitements larvicides. En 2016, aucune parcelle de l’exploitation ne doit avoir été implantée en maïs plus de 5 années consécutives.

Les modalités de traitement au stade larvaire en 2011

Utilisation de produits phytopharmaceutiques à base de téfluthrine autorisés selon usage "maïs traitement du sol contre les insectes".

En parallèle à ce dispositif purement sanitaire, un mécanisme de solidarité a été mis en place entre la profession agricole et l’État. Il a vocation à prendre en charge les coûts subis par les producteurs dans le cadre de la lutte. Sa coordination régionale a été confiée à la chambre régionale d’Agriculture et sa gestion au groupement national interprofessionnel des semences graines et plants (GNIS section maïs et sorgho, Mécanisme de solidarité Diabrotica, 44 rue du Louvre 75001 PARIS).

Les indemnisations concernent d’une part les producteurs qui ont été contraints d’appliquer des mesures de rotation ou de traitement en 2009 (Haute-Savoie non concernée) et, d’autre part, ceux qui devaient assurer des traitements au stade larvaire au moment des semis de maïs au titre des foyers découverts en 2009. Les imprimés de demandes d’indemnisation étaient à adresser au GNIS avant le 01 avril 2010.

La prise en charge des rotations obligatoires imposées sur la campagne 2010 ne sera décidée qu’à la fin de l’été 2010, date à laquelle les préjudices subis pourront être évalués avec précision.

montant des indemnisations
Type de surfaces Forfaits maximum proposés au niveau régional (*) Foyers concernés Prise en charge en zone focus Prise en charge en zone de sécurité
Surfaces en autres cultures que maïs imposées par la rotation en 2009 300 €/ha Est Lyonnais 100% 80%
Surfaces à traiter avec un larvicide début 2010 80 €/ha Tous les foyers 100% 40%

(*) Attention : il s’agit de forfaits maximum. Les montants définitifs d’indemnisations seront décidés après avis du comité national de surveillance début septembre 2010. Ces montants sont donc susceptibles d’être modifiés à la baisse au regard des coûts réels (différences de marges brutes et coûts réels des traitements). Le paiement interviendra après cette date.

Erwinia Amylovora, agent du feu bactérien

Le précédent arrêté préfectoral concernant le feu bactérien et les zones tampon vis-à-vis de cette maladie des végétaux est abrogé et remplacé par un arrêté de la préfecture de région.

Gui - Viscum album

Arrêté 3956-62 (20/11/1962) concernant l'enlèvement de gui sur les arbres cités dans l'arrêté


draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr

Faciliter vos démarches au quotidien

Exploitant agricole, restaurateur, éleveur d’animaux domestiques, étudiant de l’enseignement agricole ou producteur de miel... ce site est fait pour vous

www.mesdemarches. agriculture.gouv.fr


Certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP)

Inspiré des certificats d’économie d’énergie, ce dispositif est un mécanisme innovant, levier important pour l'atteinte des objectifs du plan Ecophyto II, qui permet de dynamiser la diffusion des pratiques économes en produits phytopharmaceutiques pour les exploitants agricoles tout en veillant à la performance économique des exploitations. Ce dispositif expérimental renforce le rôle, comme acteurs du changement, des distributeurs de produits phytopharmaceutiques, sans faire porter sur les agriculteurs de taxation supplémentaire.

Registre national des certificats d'économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP)