Éthylotest anti-démarrage (EAD)

 
Éthylotest anti-démarrage, une alternative à la suspension du permis

Le préfet a la possibilité, après le contrôle d’un conducteur présentant une alcoolémie à partir de 0,80 g par litre de sang (0,40 mg/l d’air expiré), et inférieure à 1,8 g/l (0,9 mg/l d’air expiré), de l’obliger à ne conduire que des véhicules équipés d’un éthylotest anti-démarrage (EADéthylotest antidémarrage) pour une durée pouvant aller jusqu’à six mois.

L’EADéthylotest antidémarrage constitue une alternative à la suspension du permis de conduire en permettant de lutter contre les accidents liés à la conduite sous influence de l’alcool.

Les conducteurs concernés pourront conduire un véhicule à la condition qu’il soit équipé d’un EADéthylotest antidémarrage durant le temps de la mesure.

Les conducteurs récidivistes, les responsables d’accidents, les conducteurs dont le comportement est dangereux, les titulaires d’un permis probatoire ou les auteurs d’infractions multiples (alcool + vitesse ou stupéfiants) sont exclus du champ d’application de cette mesure.

Installateurs agréés

Les frais d’installation et de fonctionnement de l’EAD sont à la charge du conducteur qui peut choisir de l’acheter ou de le louer. L’EAD est un dispositif qui fait l’objet d’une homologation. Il doit être mis en place dans le véhicule du conducteur concerné par la mesure par un installateur agréé par la préfecture .

En cas de contrôle par les forces de l’ordre, le conducteur doit présenter l’arrêté qui lui a été notifié par le préfet ainsi que l’attestation délivrée par l’installateur justifiant de la bonne installation de l’EADéthylotest antidémarrage.