Actualités

Sécurité : bilan 2017 et lancement de la Police de Sécurité du Quotidien

 
 
Sécurité : bilan 2017 et lancement de la Police de Sécurité du Quotidien

Lundi 5 février, Pierre Lambert, préfet de la Haute-Savoie, a présenté le bilan 2017 de la délinquance et de l’accidentalité dans le département en présence de Emmanuel Kiehl, directeur départemental de la sécurité publique, et de Frédéric Labrunye, commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Savoie.

Portrait de la délinquance en Haute-Savoie

Atteintes aux biens

Après une augmentation en 2016 (+6,5%), les atteintes aux biens se stabilisent en 2017.

Cependant, les cambriolages de logements continuent d’augmenter (+6,9% / +241 faits) alors qu’ils avaient déjà subi une forte hausse en 2016 (+20%). Il s’agit véritablement d’une caractéristique de la délinquance du département : en Haute-Savoie, on compte 4,88 cambriolages pour 1000 habitants contre seulement 3,9 au niveau national.

Le taux d’élucidation des faits d’atteintes aux biens par les forces de l’ordre est de 13 %. Bien qu’égal à la moyenne nationale, il pourrait être amélioré, notamment pour ce qui est des cambriolages, avec le développement de la vidéoprotection et de meilleurs réflexes des citoyens.

Atteintes volontaires à l'intégrité physique

IMG_0029

La hausse est particulièrement marquée pour :

  •  les violences physiques crapuleuses (+14,6 % / +51 faits)
  •  les violences sexuelles (+18,9 % / +69 faits) qui étaient déjà en hausse de 15 % en 2016 : le contexte international sur ce sujet incite plus largement les femmes à déposer plainte
  •  les homicides (7 en 2015, 11 en 2016, 18 en 2017)

Il faut cependant noter que la Haute-Savoie reste en dessous de la moyenne nationale pour ces crimes et délits.

Les violences intrafamiliales (4403 en 2017, en forte hausse) restent un sujet de préoccupation sur lequel les collectivités sont encore trop peu mobilisées (seules les collectivités territoriales en zone de sécurité prioritaire  - Cluses/Scionzier/Bonneville et Annemasse - co-financent des postes d’intervenants sociaux en gendarmerie ou commissariat).

Lutte contre le trafic de stupéfiants

Police Nationale (11)

Au total, policiers, gendarmes et douanes ont saisi :

  •  197,7 kg de cannabis
  •  16,8 kg d’héroïne
  •  1,4 kg de cocaïne

Parmi les affaires remarquables contribuant à ce bilan, entre novembre 2016 et janvier 2018, les enquêteurs spécialisés de la sûreté urbaine du commissariat d’Annecy ont démantelé quatre importants réseaux de trafic de stupéfiants (héroïne et cocaïne) tenus par des ressortissants albanais. Ces réseaux agissaient sur le bassin annécien mais alimentaient aussi en produits stupéfiants des départements limitrophes. Chacune de ces enquêtes a nécessité plusieurs mois d’investigations, dont des milliers d’heures de surveillances. 35 individus ont été incarcérés suite au démantèlement de ces réseaux. Les saisies opérées (héroïne, cocaïne, produits de coupe, argent liquide) s’élèvent à un montant de 2 852 000€ à la revente.

Lutte contre l’immigration irrégulière

La mise en place de l’état d’urgence s’est accompagnée du rétablissement des contrôles aux frontières en novembre 2015 (en prévision de la COP 21). Des contrôles systématiques ou aléatoires ont ainsi été mis en place, essentiellement par les services des douanes et de la police aux frontières. Le nombre de refus d’entrée notifiés est en très forte augmentation (+32%), principalement sur la frontière suisse : 2050 refus en 2017.

Bilan de la sécurité routière

Au 31 décembre 2017, 40 personnes ont perdu la vie sur les routes de Haute-Savoie (contre 45 en 2016). Le nombre de blessés est en augmentation (38 %) même si le nombre de blessés hospitalisés reste stable (335 personnes en 2017 contre 322 en 2016).

Les comportements ne changent pas, 29 morts auraient pu être évités, ce qui représente près de 72 % des tués. Les principales causes de ces accidents mortels sont la vitesse, excessive et/ou inadaptée (62 %) et/ou la conduite sous l’emprise alcoolique (31 %.

  •  43 % des tués en voiture ne portaient pas de ceinture (6 sur 14) et 1 motard sur les 16 décédés ne portait pas de casque, soit 18 % des morts sur nos routes qui auraient pu être évités s’ils avaient juste utilisé et/ou porté leurs équipements de sécurité.
  •  85 % des tués sont des hommes (34 hommes, 6 femmes).
  •  48 % des tués recensés dans des accidents où les véhicules sont seuls en cause (19 morts), avec une unique cause : la combinaison alcool/vitesse (94 %).
  •  60 % des tués sont des usagers vulnérables soit 24 morts : 17 motocyclistes, 2 cyclistes et 5 piétons.

Chaque jour, dans notre département, ont été contrôlées :

  •  9 personnes sous l'emprise de l'alcool, 
  •  3 personnes sous l'emprise de stupéfiants, 
  •  21 personnes en excès de vitesse.

> 20180205-DP-chiffres-securite - format : PDFportable document format sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 12,62 Mbmega bytes

Lancement de la Police de Sécurité du Quotidien

PSQ_Territoires-74

Jeudi 8 février, Gérard Collomb, Ministre de l'Intérieur, a présenté son projet de Police de Sécurité du Quotidien, élaboré après une phase de concertation lors de laquelle plus de 10 000 policiers et gendarmes ont pu s'exprimer à travers un questionnaire individuel qui venait compléter les réunions de concertation menées localement avec des représentants du personnel.

 10 000 postes seront créés et une action résolue sera engager pour libérer policiers et gendarmes des complexités procédurales qui limitent leur présence sur le terrain (suppression des tâches indues comme les procurations de vote, réforme de la procédure pénale).

Le ministre a annoncé le soutien à

  • 60 quartiers de reconquête républicaine en zone police (aucun en Haute-Savoie)
  • 20 départements bénéficiant de 500 gendarmes supplémentaires (la Haute-Savoie en fait partie)

La police et la gendarmerie vont par ailleurs entrer dans l’ère du numérique, avec des équipements qui leur permettront de gagner en rapidité et en efficacité, pour se concentrer sur le cœur de leur mission : être sur le terrain, au contact de la population. La Police de Sécurité du Quotidien sera enfin partenariale, parce qu’elle impliquera davantage les élus, les policiers municipaux, les entreprises de sécurité privée et bien sûr, les citoyens qui, les premiers, doivent être acteurs de la sécurité.

Mise en œuvre en Haute-Savoie (dossier de presse départemental) :

> 20180214-DP-PSQ - format : PDFportable document format sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,91 Mbmega bytes

Mise en œuvre en France (dossier de presse national) :

> PSQ_DOSSIER DE PRESSE - format : PDFportable document format sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 4,88 Mbmega bytes

> PSQ_Territoires - format : PDFportable document format sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 3,40 Mbmega bytes